Procès-verbal de visite des orgues de Guingamp (1695)

Procès-verbal de visite des orgues de Guingamp (1695)[11]

 

Du saiziesme jour d’octobre mil six cents quatre vingt quinze nous soussignants experts jurez et commis pour le greffe de l’écritoire au ressort de la cour royale de Tréguier au siège de Lannion certifions que le douziesme de ce mois, vénérable et discret messire Jean-Baptiste Belhoste prestre et organiste de l’église de Nostre-Dame de Guingamp, nous serait venu trouver en la ville de Lannion porteur d’une ordonnance par luy obtenue de Monsieur le Sénéchal du dit siège au pied de requeste par luy présentée en exécution d’arrest de la cour et d’ordonnance dudit siège vers la communauté de la ville du dit Guingamp[12] au sujet de visiter et faire procès-verbal de l’estat des orgues de la dite église pour mettre le dit sieur de Belhoste en possession des dites orgues; laquelle ordonnance porte en(tre) autre chose nostre nomination pour vaquer au dit estat et procès-verbal aux frais de la dite communauté. Sur quoy aurions donné nostre assignation au dict sieur de Belhoste qu’il emporta pour faire notifier à la dite communauté; cependant pour parvenir à l’effet de nostre commission nous aurions monté à cheval audict Lannion, lieu de nos demeures ordinaires, et ce dict jour environ les huict à neuf heures du matin pour nous rendre suivant nostre dicte assignation en la ville de Guingamp distante dudict Lannion (de) sept lieues pour demain travailler à la dicte visite; et rendus que nous sommes au dict Guingamp avons descendu dans la maison hostellerie de Catherine du Bois au faubourg de St Michel environ les cinq heures du soir le dict jour et an que devant.

Et advenus le lendemain le lundy 17 octobre 1695, nous nous serions rendus jusques et sur les lieux de l’église paroissiale de Nostre-Dame de Guingamp à neuf heures du matin, où estans et demendé des personnes particulières que nous avons trouvées en la dite église s’ils y avoit vu le dict sieur Belhoste prestre et organiste ce dict jour, nous ont dit que non, sur quoy nous nous serions rendus incessamment en sa demeure proche de la porte de Rennes, et l’ayant trouvé luy avons dit que nous estions rendus depuis hier au soir en nostre hostellerie chez Catherine du Bois hostesse de la maison portant pour enseigne la Croix d’or aux fins de procéder en notre commission. En conséquence, il nous a mis en main la requeste par luy presentée au siège royal de Tréguier devant Monsieur le Sénéchal portant ses réquisitoires en exemple (?) d’arrest de la cour et d’ordonnance du dit siège vers la communauté de ladicte ville de Guingamp par lequel arrest il a esté maintenu en la possession des orgues de la dite église de Nostre-Dame sur quoy par ordonnance de Mondict sieur le Sénéchal estante au pied de la dicte requeste en date du douziesme de ce moy, il a esté ordonné entre autres choses que faute aux défendeurs d’avoir, en exécution des jugements cy devant rendus, comparus à la dernière assignation leur donnée par le sieur demandeur pour estre présents au rapport de l’estat des dicts orgues, à faute aux sieurs Ploesquelec et Basille d’avoir voulu obéir à l’ordonnance du septiesme de ce mois, il a esté permis au dict demandeur de se servir de nous dicts experts jurés et du greffier de l’écritoire de Lannion pour procéder au procès-verbal de l’estat des dicts orgues aux frais des dicts deffendeurs avec reservation de nous en décerner exécutoire et assignation mise à ce jour dix heures du matin et pour cet effet la clef de la porte desdites orgues fut déposée entre les mains du soubscrit greffier en exécution de quoi assignation fut prise de nous dits experts jurés et greffier de l’écritoire par led sieur Belhoste ledit jour douziesme de ce mois pour descendre en ce lieu ce dit jour, laquelle assignation aurait esté à sa requeste signifiée à la communauté de ville de Guingamp en la personne de noble homme Ollivier de Rocancour, sieur de Keravel, y faisant fonction de maire et syndic d’icelle avec sommation de se trouver à l’assignation donnée pour travailler à la visite et procés-verbal des dictes orgues le 14e de ce mois par Tessier, sergent royal, contrôlé le mesme jour à ce dit Guingamp.

En suite de quoy estans de compaignie en la dicte esglise de Nostre-Dame, proche de la porte des dites orgues, et ayant demeuré quelque temps considérable pour attendre et savoir si quelqu’un se fust présenté de la part de la communauté pour assister au procès-verbal et visite des dictes orgues, et ne s’estant présenté personne, et sur le defaut et absence dud sieur syndic, et le requérant ledit sieur de Belhoste, le soubscrit commis au greffe saisy de la clef des dictes orgues a ouvert la porte du degré et accès de la chambre où sont les dites orgues en présence du sieur de Belhoste lequel nous a fait remarquer d’abord que la serrure et clef se ferment de hors seulement sans qu’il y ait aucune fermeture en dedans ny autre feraille pour pouvoir s’enfermer en dedans.

Après quoy ayant entré en la dite chambre avons trouvé le plancher et soufflets chargés d’ordure, et conviés à remarquer, dans le coin vers le couchant près les soufflets, que il y a deux planches pourries et partie d’une autre et les deux premiers enfoncés, et avons remarqué que cela provenait de quelques eaux pluviales qui ont tombé du toit par en haut le long de la muraille audit coin ce qui peut porter préjudice et dommage aux soufflets des dicts orgues.

De plus, il nous a faict remarquer que la cloison de planches qui bouche l’arcade entre la dite chambre auprès des soufflets et la tour plate[13] est desgarnie par le bas en l’endroit des soufflets et tout autour, en sorte que le vent venant de la dite tour peut causer préjudices aux dites orgues et soufflets.

Et ayant levé lesdits soufflets et examinant le premier devers le pignon avons remarqué qu’il perd vent par les deux bouts et par la planche dessus; le second beaucoup ouvert au bout chargé en sorte qu’il perd tout son vent, et le troisiesme aussy ouvert des deux bouts et par dessus et perd vent par tous les endroicts, lesquels soufflets entre les plis d’iceulx sont remplis d’ordures et poussières.

Et examinant les claviers dudit orgue, nous a fait remarquer qu’à celuy du milieu appelé du grand corps il manque huict plaquages ou touches d’ivoire, et à celuy du dessoubs, nommé le positif, il y manque pareillement deux plaquages d’ivoire et une touche rompue par le bout du dit plaquage. Et tirant le clavier du grand corps sur celuy du positif avons remarqué qu’une touche du dit grand corps en faisoit baisser deux du positif;

Adtenants aux portes du buffet du grand corps des dictes orgues les avons trouvées toutes deux ouvertes et les deux serrures enlevées sans les avoir trouvées sur les lieux mais seulement une clef cassée.

Apres quoy avons monté au haut du dit buffet, avons remarqué l’huisserie avec sa clavure sans clef et sans estre fermée;

Et procédant à l’examen des jeux du grand orgue nous a faict remarquer [qu’il] il y a cinq touches ou tuyaux de la montre qui ne parlent pas et six qui altèrent, avons aussi remarqué sur les dits tuyaux et la montre de la poussière et araignées et plusieurs crassés et trois de cabossés et le second de la première colonne à main droite fort cabossé et enfoncé.

De la fluste quatre tuyaux qui ne parlent pas et six qui altèrent, lequel jeu est tout discord,

De la quarte et nazard trois tuyaux qui altèrent et plusieurs discords,

Du flageolet vingt et sept touches ou tuyaux qui ne parlent pas, les autres altèrent et sont discords,

Du nasard deux tuyaux et touche qui ne parlent pas et six qui altèrent;

De la cimballe et de la doublette plusieurs tuyaux qui altèrent et qui sont discords;

De la fourniture plusieurs tuyaux discords;

Du cornet quatre tousches ou tuyaux qui altèrent et sont discords;

De la trompette six tuyaux qui ne parlent pas et neuf qui altèrent par (pour) les languettes avoir esté affoiblies et corrompues, un où il manque la languette et un autre dessoudé et cabossé, presque tous les autres discords;

Du clairon douze tuyaux qui ne parlent pas et plusieurs qui altèrent par (pour) les languettes avoir esté affoiblies et plusieurs autres dicords

De la voix humaine cinq tuyaux qui ne parlent pas, plusieurs qui altèrent par les languettes avoir esté affoiblies et pliées et trois sans languettes, et plusieurs discords; ayant cherché le jeu nommé le rossignol ne s’y est trouvè mais seulement son porte-vent;

Et nous a faict remarquer qu’il manque un petit tuyau du jeu nommé la cimballe et dans un autre endroit un porte-vent d’un des tuyaux du bourdon abattu et hors de place et les dits tuyaux estans au dit buffet et les supports d’iceux beaucoup chargés de poussière et d’araignées.

A les (sic) pédales des flustes il n’y a que quatre touches qui résonnent,

A les pédales de trompette deux qui ne parlent pas et sept qui altèrent,

Allant du grand buffet à celuy du positif avons trouvé les huiset arrestés avec un clou. La serrure hors de place, sans clef, et deux petits tuyaux au-dessus du dit buffet de la longueur d’un pied aussy hors de place;

Et nous a faict remarquer qu’il manque en la montre, en dehors, un tuyaux de la longueur de deux pieds et demy, et l’ayant cherché partout ne l’avons trouvé.Un autre qui est le plus grand de la colonne du milieu, enfoncé et cabossé, et quatre autres tuyaux qui ne parlent pas et huit qui altèrent et quelques autres tuyaux du bourdon discords.

Le larigot tous discords

La fourniture aussy discord et six touches qui ne remplissent pas;

De la fluste il y a six tuyaux discords;

De la tierce dix tuyaux qui altèrent;

De la cimballe plusieurs discords et plusieurs tuyaux qui altèrent;

Du cromorne vingt-cinq tuyaux qui ne parlent pas, et presque tous les autres altèrent et sont discords. S’y est trouvé six sans anches ni languettes et plusieurs cabossés;

Et le chassis du dit cromorne cassé.

Et visitant l’abrégé du positif y avons trouvé une baguette cassée et un autre dans l’abrégé des pedales aussy cassé.

Et nous a faict remarquer l’écho, s’y est trouvé deux touches qui demeurent ce qui cause un cornement.

De la voix humaine du dit écho il se trouve treize touches ou tuyaux qui ne résonnent pas et les autres discords et qui altèrent;

Et remarquant les volets du positif avons trouvé que celuy qui ouvre à main droite est desgarni de toile aux quatre carreaux du milieu, et la toile des dits volets tant du petit que du grand orgue percée, détachée et rompue en plusieurs endroits tant par caducité qu’autrement, tellement qu’il est nécessaire de garnir de neuf lesdits volets pour la conservation des dits orgues.

Nous a faict remarquer aussy qu’il manque à la face du buffet du grand orgue une pièce de menuiserie composée d’un montant et de deux panneaux, d’environ deux pieds et demy de long et d’un demy pied ou environ de hauteur, qui garnit en l’endroit du sommier pareil à ce qui est de l’autre costé.

A la nuit survenue nous serions retirés en nostre hostellerie et réservé de mettre nostre conclusion demain matin ledit jour dix septiesme dudit mois d’octobre dit an ayant assuré sur les lieux ce qui estoit nécessaire de faire au sujet de la visite des orgues;

Et le lendemain dix septiesme des dits mois et an nous avons conclu le présent procès-verbal et iceluy rédigé à valoir et servir ce que de raison sauf, avant la délivrance de la grosse, à nous faire payer de nos vacations,

Nous signons comme aussi le sieur Belhoste auquel le souscrit greffier a delivré la clef de la chambre des orgues.

(Signatures)

[11] A.D. Côtes d’Armor, B 1771. Le texte est donné dans sa forme originale. Pour plus de lisibilité, il a été débarrassé de nombreuses cacographies, sa ponctuation et son accentuation ont été modernisées.

[12] Ce procès-verbal a été réalisé à la demande du sieur Belhoste dans le cadre du procès que lui a intenté la municipalité guingampaise en 1690. Belhoste avait été destitué avant de se voir rétabli dans ses droits par voie de justice, non sans recours. Cette situation explique probablement, mais en partie seulement, l’état lamentable de l’instrument.

[13] Tour renaissance de l’édifice, dite aussi tour des cloches. L’orgue était alors placé au fond de la nef. Il ne fut déplacé dans le transept sud qu’au XIXe siècle.