Tréguier – Cathédrale

Le grand orgue de la cathédrale

L’édifice

Les 3 clochers de la cathédrale de TréguierLa cathédrale Saint-Tugdual dont les parties les plus anciennes remontent au XIIe (tour Hasting), 1339 (bas de la nef), XIVe (voûtes du chœur) et XVe siècle (chapelles du chœur, porche méridional, chapelle ducale, …) a été classée monument historique le 16 juillet 1841.

 

L’instrument

Buffet du grand orgue de la cathédrale de TréguierBuffet du XVIIe siècle, classé monument historique le 23 mars 1972

L’orgue de la cathédrale de Tréguier (Côtes d’Armor), installé en la cathédrale depuis 1835, est un orgue de 1649 ( à l’origine pour l’abbaye de Bégard, à 20 km de là) construit (ou réparé) par Pierre Thuau, élève de Maillard, grand facteur normando-parisien de la 1ère moitié du XVII°, époque où l’orgue français était encore fortement marqué par la facture flamande.

Marché_orgue_Bégar(1648)_original

Original du marché pour l’orgue de Bégard

Lorsque Pierre Cadio (ou Cadic), organiste de la cathédrale de Tréguier, et Martin Pélart, organiste de N-D. de Guingamp font la vérification des travaux de l’orgue de l’abbatiale de Bégard, le 6 novembre 1649, ils se trouvent en face d’ «une orgue de huict pied avec un positif de quatre pied contenant vingt six jeux ».

Texte du marché passé avec le facteur Pierre TUAU pour la réalisation d’un orgue positif à l’orgue de Bégard.

 

L’instrument actuel est une reconstitution due au facteur Dunand (Villerbanne) d’après le cahier des charges établi par JP Decavèle, technicien-conseil.

L’inauguration de cet orgue reconstitué a eu lieu le 8 juillet 1989 :

InaugTreguierD

 

Identité du propriétaire

Ville de Tréguier. ( l’affectataire est le Curé de Tréguier )

Protection de l’instrument

– Buffet XVIIe siècle classé (23 mars 1972) mais pas la partie sonore : vers 1988, Monsieur Jean-Albert Villard, titulaire du Cliquot de Poitiers, au cours d’une visite en compagnie de Paul Créac’h, organologue lannionais, avait estimé que l’orgue, ayant conservé ses sommiers de grand orgue et de positif anciens, et une dizaine de jeux d’origine, devait en outre être « classé » pour sa partie instrumentale. Il est étonnant que le classement n’ait pas été fait à la suite du rapport de M. VILLARD.

Classement base Palissy

Situation dans l’édifice

En tribune au fond de la nef

Description actuelle (2012)

Etat de l’instrument

  • Dans l’état actuel, reconstitution d’orgue de type classique français XVII° encore relativement marqué par la facture flamande.
  • Vingt-deux ans après cette restauration, l’instrument montre quelques signes de faiblesse : soufflets à revoir, cornet déficent, petite quincaillerie oxydée (ressorts etc.) et mécanique devenant de plus en plus dure. Un dossier a été déposé en mairie en 2010 en vue d’un relevage.

Entretien

L’entretien est réalisé par Bernard HURVY (7, Avenue Telstar – 44300 NANTES)

Acoustique

En cathédrale pleine, le son a du mal à porter au-delà des transepts. En effet, construit à l’origine pour une église plus petite (abbaye de Bégard), l’orgue est sous-dimensionné pour cette cathédrale. L’instrument original d’Henri Vaignon, détruit en 1794, comportait un seize pieds manuel. L’actuel n’en comporte pas et sonne avec moins d’ampleur.

Type de chauffage

Néant

Composition

PositifGrand orgueRécitPédale
Montre 4'Montre 8'(Cornet du GO)Soubasse 16'
Doublette 2'Prestant 4'Flûte 8'
Fourniture 3 rgsDoublette 2'Trompette 8'
Cymbale 2 rgsFourniture 4 rgs
Bourdon 8'Cymbale 3 rgs
Nazard à biberon 2' 2/3Bourdon 8'
Flageolet 1'Flûte 4'
(quintadine 4')
Tierce sixtée 2 rgsNazard 2' 2/3
Cornet 3 rgsQuarte 2'Diapason : la3=392 Hz
Cromorne 8'Tierce 1' 3/5Tempérament égal
Larigot 1'1/3Accouplement I/II à tiroir
Cornet 5 rgsTirasse GO
Trompette 8'Tremblant GO
Clairon 4'Tremblant Pos.
(voix humaine 8')(jeux non posés)

 

Principales caractéristiques :

– 27 jeux réels repartis sur 3 claviers manuels de 49 notes (ut 1 à ut 5) sans 1er ut dièse,un pédalier à la française de 30 notes (ut 1 à fa 2) sans 1er ut dièse. Le 3° clavier, de récit, est prévu pour faire parler le cornet de grand orgue, en emprunt. (2° tranche de travaux non encore réalisée).
-un plan sonore de pédale de 3 jeux a été ajouté à l’arrière du grand buffet en 1989.
– la quintadine 4′ et la voix humaine 8′ au grand orgue sont également prévues (2° tranche de travaux non encore réalisée).
– La composition a été déduite de l’examen des sommiers, d’origine, aux gravures de faible profondeur et gravées dans la masse. Il ne restait pas beaucoup de tuyaux d’origine, exeptée la montre du positif notamment.
– L’instrument comporte une « tierce sixtée » au positif c’est à dire une terçiane typiquement flamande avec reprise à l’octave grave standard au 2nd do, en taille de principaux, plutôt flûtant dans les dessus. [ Do1-Si1= 1’1/3 + 4/5′ – Do2 – Do4 = 1’3/5 + 1’1/3 ]
– On peut imaginer que les anches à l’origine étaient en fer blanc donnant ce son « claquant » propre à la tradition flamande.

– à l’origine (1647-79), la pédale ne comportait pas de jeux propres mais reprenait -en double-gravures- la trompette (certain) et la montre du GO (peut-être).
– Transmission des notes mécanique.
– Tirage des jeux mécanique.
– Alimentation par trois soufflets cunéiformes et une turbine à vent électrique.
– Accordé un ton en dessous du la 440. (a’=392 Hz)
– tempérament égal. ( On peut regretter le choix du tempérament égal au lieu d’un accord inégal « à la française » : mésotonique adouçi par exemple ).
– pédalier à la française

 

 

 

 

 

 

 

Tirants de jeux

les « poumons »

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie, discographie

Bibliographie :

– Pierre DE LA HAYE, Histoire de Tréguier, ville épiscopale, Armor-Editeur, Rennes, 1977
– Hervé LE GOFF, Bégard, le petit Citeaux de l’Armorique, Kelenn, 1980.
– Hippolyte CORBES, « Les orgues du département des Côtes-du-Nord », Bulletins de la Société d’Emulation des Côtes-du-Nord, t. XCIII-XCIV, 1965-1966.
– Archives départementales des Côtes d’Armor, H 103
– Cahier de Paroisse de Tréguier

Discographie :

Néant

Observations

Néant

Mise en valeur

Concerts occasionnels

Organistes passés :

– Guillaume GUERIN et Denis LE ROY (1506)

– François MAHÉ, en 1602,

– Pierre CADIO (CADIOU), en 1626, 1630, 1634, 1637, 1644,

– Pierre CADRO, en 1633,

– Pierre CADIC, sieur du Brichault, en 1649.

– Nicolas Prudhomme (1651 …)

– GANDON, en 1701.

– Alain DESMARETZ (venu de Dol de Bretagne) : engagé le 2 octobre 1719, jusqu’au 2 avril 1720.

– Jean Le MARIÉ (de Saint-Malo) : engagé le 2 avril 1720.

– Pierre Charles BOULLAY, de 1751 à 1785.

– Michel Le Roux (1969-1978) :

Michel LE ROUX Noël 1967 Cathédrale de Tréguier 001

 

 

 

 

Eléments biographiques concernant Michel Le Roux

 

 

 

 

Co-titulaires :

Yves HILLION

Gilles THOUENON

Jean-Marc KERNIN (DCD en 2016)

Jacques HUTEAU

Loïc LE GRIGUER (DCD en 2017)

 

En savoir plus :

Orgues antérieurs et évolutions : suite

 

Album photos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Requis