Jean Renaud (1933)

Jean Renaud est un grand facteur nantais, successeur de Raymond Bouvet, et qui a construit et rénové nombre d’instruments dans le grand ouest depuis les années 60 jusqu’en 1995 (?).

Ses études de biologie (bactériologie) ne le prédestinaient nullement à la facture d’orgue : il épouse une des quatre filles de R.Bouvet et découvre ainsi le métier.

Renaud_portrait (Ste-Anne 1967Photo : Jean Renaud harmonisant l’orgue de la chapelle Ste-Anne à Lannion vers  1966-67.

Outre sa formation chez Bouvet comme apprenti, compagnon puis co-associé, il effectue un stage chez Muller à Croissy (région parisienne).

 

Il est le principal représentant du style néo-classique dans l’ouest mais a élargi son champ esthétique à partir des années 80 en restaurant de grands Cavaillé-Coll (St-Brieuc : cathédrale St-Etienne et St-Michel, St-Roch, le Sacré-Coeur et St-Sulpice à Paris entre autres) et en construisant également quelques instruments très typés « baroque » germanique ou français comme à Carantec (29) ou à Dinard par exemple.

En 1991, à l’issue de la restauration de St-Sulpice, Jean Renaud est fait chevalier des Arts et des Lettres par le ministre de la culture.

Après avoir été rachetée par Gildas Ménoret, c’est Nicolas Toussaint qui reprend les rênes de l’entreprise en 2001.

Nombres de facteurs nantais actuels comme les frères Robert, Nicolas Toussaint ou Bernard Hurvy ont été ses compagnons. (renseignements aimablement communiqués en janvier 2012 par M.Paul Créac’h, organiste honoraire à St-Jean-du-Baly).

 

Notre territoire d’Argoat & Trégor compte deux instruments assez importants et représentatifs du style néo-classique de J.Renaud : Lannion-St-Jean-du-Baly et Guingamp-Basilique ND de Bon Secours.

 

Ce sont des instruments solides, bien conçus, avec pas mal de matériaux neufs (tuyauterie) et qui permettent d’aborder un large répertoire allant de F. Couperin jusqu’aux contemporains (Ligeti, Darasse …) en passant par JS Bach, les grands romantiques européens et les compositeurs modernes tels Jehan Alain ou Olivier Messiaen.

 

J.Renaud & P.Lorand (AOL) vers 1978 (Brélévenez)Un autre instrument important, qui a conservé en grande partie son caractère romantique retient particulièrement notre attention : l’orgue Heyer de Brélévenez à Lannion. En 1979, Renaud, à la demande des Amis de l’orgue de Lannion et de la municipalité, l’a restauré et agrandi en en augmentant les possibilités de répertoire (notamment en le rendant « Bach-compatible »). Si 30 plus tard on ne transforme plus des instruments historiques mais au contraire les restaure avec le plus grand soin dans leur intégrité sonore et fonctionnelle d’origine, nul doute que cette « restauration »- avec celle de St-Jean-du-Baly en 1973 – a su porter avec éclat les 40 années qu’a duré les Festival d’orgue de Lannion et de la Côte de Granit Rose…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Requis