Bombarde & orgue

Un mariage inimaginable et qui pourtant a fini par avoir lieu dans les années 1940 en Bretagne !  Une mésalliance à l’origine tant les deux instruments appartenaient à deux mondes opposés : le populaire et le savant, le profane et le sacré, la danse et le recueillement, le cerveau reptilien et le spirituel, le bretonnant et le francophone …

 

 

On ne compte plus par le passé les mises en garde répétées du clergé contre l’instrument du diable (la bombarde, toujours associée au biniou koz) qui détournait le peuple -et les jeunes gens en particulier-  du droit chemin en les incitant au plaisir et, paraît-il, à la débauche.

 

 

 

 

Jef Philippe dans son étude sur les origines du couple bombarde & orgue attribue à Jef  Le Penven et Dorig Le Voyer la rencontre sonore et musicale improbable en 1941 à St-Sauveur de Rennes.

 

 

 

 » Par la suite il y eut d’autres « bombarde et orgue », mais cela ne s’est vraiment développé qu’avec Yann L’Helgouac’h et Bernard Pichard. »

Cette association n’ira qu’en se développant avec des musiciens prestigieux comme Rivoallan-Le Griguer, Pichard-Cocheril, Jégat-Yhuel, Baron-Ghesquière, Le Meut-Bataille, Le Féon-Le Griguer, Baron-JC Salaün, Alhaits-Rolland, Caron-Gauche, Moal-Arzul …

Jef Philippe fait un parallèle évident entre l’association Trompette & orgue (Maurice andré et MC Alain), très en vogue à partir des années 60  et bombarde et orgue.

Des concours Bb & orgue sont apparus : les Tombées de la Nuit (Rennes, à partir de 1993), Chantepie (à partir de 2010).

Laurent Le Bot

 

Quelques vidéos …
Radio : Gildas Moal & Elisabeth Arzul intervievés par Jean Flouriot (RCF 22) lors d’une répétition à l’église de Prat  (2017)

gildas-moal-et-lisbeth-arzul-orgue-et-bombarde

http://

 

Plus de photos …

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Requis