Tréguier : le polyphone de la cathédrale St-Tugdual

L’édifice

Les 3 clochers de la cathédrale de Tréguier

 

 

La cathédrale Saint-Tugdual dont les parties les plus anciennes remontent au XIIe (tour Hasting), 1339 (bas de la nef), XIVe (voûtes du chœur) et XVe siècle (chapelles du chœur, porche méridional, chapelle ducale, …) a été classée monument historique le 16 juillet 1841.

 

L’instrument

Polyphone Debierre du début du XX° siècle, acheté d’occasion au facteur Renaud et modifié par lui.

Qu’est-ce qu’un « polyphone » ?

 

Identité du propriétaire :

Paroisse de Tréguier

 

Emplacement :

Depuis 2009, à la croisée de la nef et du transept nord.

 

Etat de l’instrument :

Bon

 

Entretenu par :

Bernard Hurvy

 

Composition :

  • 1 clavier 56 notes transpositeur.
  • coupure entre si 2 et ut 3.

 

Bourdon 8′ (basses & dessus)

Flûte 4′ (B & D)

Octavin 2′ (B & D)

Nasard 3′ (dessus)

tierce 1′ 3/5 (dessus)

 

Composition d’origine probable :

Violoncelle 8′ (B & D)

bourdon 8′ (B & D)

Flûte octaviante 4′ (B & D)

Flûte harmonique 8′ (dessus)

Voix céleste 8′ ou bourdon 16′ (dessus)

 

Observations :

– Il s’agit d’un polyphone modifié et « baroquisé » dans sa composition tel un orgue positif de continuo : La perte du violoncelle (8′ ouvert) en particulier est regrettable, jeu très efficace pour accompagner et aider à placer les voix des choristes.

– L’instrument est toujours actuellement l’orgue de choeur de la psalette, depuis les années soixante.

– Le toucher est très sensitif.

– La pompe pédestre a été remplacée par un ventilateur éléctrique (dans un caisson adjacent) par Renaud.

 

Organistes :

Marie-Françoise Nihoul, Yves Hillion, Gilles Thouénon, Jacques Huteau.

 

 

 

 

 

 

 

3 commentaires sur “Tréguier : le polyphone de la cathédrale St-Tugdual

  1. il s’agit du numéro 46 (septembre 1883). la composition originale était sans doute la suivante:
    bourdon 8 (basse et dessus)
    diapason 8 (basse et dessus; la première octave de la basse en 6 pieds)
    flûte 4 (basse et dessus; flûte ouverte, non-harmonique)
    bourdon 16 (dessus)
    violoncelle 8 (dessus)
    du 6 pieds de la première octave du diapason combiné avec le bourdon 8 résulte un 16 pieds «accoustique» . louis debierre a construit plusieurs instruments comme ça (confirmé pour les n° 43, 46 et 48). plus tard la basse du diapason à été remplacé par un bourdon 16 , la première octave en 6 aussi (n° 49 etc.).
    je possède le n° 43 (juillet 1883) qui n’a jamais été modifié.
    mark richli, zuerich

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Requis