Orgues classés en CdA

Sur l’ensemble du département des Côtes d’Armor, 11 orgues sont protégés, c’est à dire classés, soit au titre de leur buffet, soit au titre de leur matériel sonore, soit sur les deux domaines.

Vous trouverez pour chacun d’eux, dans la mesure de nos investigations, les documents ayant eu trait à leur classement ou leur restauration : projet élaboré par un technicien conseil, étude approfondie réalisée par le facteur d’orgue à l’occasion d’une restauration, articles de presse.

Pour élargir la recherche :  liste des orgues de Bretagne classés dans la base Palissy des monuments historiques (Wikipédia)

 

L’orgue Cavaillé-Coll de Loudéac

Informations données dans la Base Palissy sur cet orgue.

Histoire de l’orgue Cavaillé-Coll, par Alain Le Goff.

Etude réalisée par Jean-Pascal VILLARD, en 1991 à l’occasion de la restauration de l’orgue de Loudéac

L’orgue Heyer de Prat

Informations données dans la « Base Palissy » sur cet orgue.

Rapport de restauration de 1992  rédigé par Claude MADIGOUT.

L’orgue Dallam de Lanvellec

Informations données dans la « Base Palissy » :

sur le buffet,

sur la partie instrumentale.

Cahier des charges du projet de restauration de l’orgue de Lanvellec, rédigé par Mr J-P Decavèle en Octobre 1984.

Le grand’orgue de La Roche-Derrien

Informations données dans la « Base Palissy » sur cet orgue.

Projet de restauration de l’orgue de La Roche-Derrien, rédigé par Mr J-P Decavèle en Novembre 1993.

Le grand’orgue de la cathédrale de Tréguier

Informations données dans la « Base Palissy » :

– sur cet orgue, classé au titre d’objet le 23/03/1972.

 sur le buffet de cet orgue classé le 23 mars 1972.

Courrier du facteur Philippe Hartman à l’Association des Orgues de Tréguier, le 31 janvier 1978.

L’orgue Claus de Pontrieux

Informations données dans la « Base Palissy » :

– sur cet orgue, classé au titre d’objet le 22/02/1984.

Etude réalisée par Jean-Pascal VILLARD, en 1993 à l’occasion de la restauration de l’orgue de Pontrieux

Le grand’orgue Cavaillé-Coll de la cathédrale de Saint-Brieuc

Le courrier envoyé par A. Cavaillé-Coll à l’évêque de Saint-Brieuc suite aux réparations, travaux et perfectionnements réalisés sur l’orgue de la cathédrale après que la foudre y soit tombée lors de l’orage du 11 juillet 1852 :

A Monseigneur l’Evêque de St Brieuc et de Tréguier…

Le mémoire rédigé en 1853 par A. Cavaillé-Coll de ces travaux de réparation et transformations :

Mémoire général des travaux et réparations…

Informations données dans la « Base Palissy » :

– sur la partie instrumentale de cet orgue, classé au titre d’objet le 06/02/1975.

– sur le buffet de cet orgue, classé au titre d’objet le 20/10/1906.

Cahier des charges du projet de restauration de l’orgue de la cathédrale de Saint-Brieuc, rédigé par Mr J-P Decavèle.

L’orgue de l’église Saint-Jean de Lamballe

 

4 commentaires sur “Orgues classés en CdA

  1. Serait-il possible de connaître la composition de l’orgue construit par Jean-Baptiste Claus en 1867 pour l’Exposition Universelle, et qui se trouve dans la Basilique Notre-Dame de la Délivrance à Quintin ?
    Savez-vous quel Facteur a restauré l’instrument en 1987 ?
    Comme il s’agit d’un instrument dont la partie instrumentale est classée par les Monuments Historiques, il serait sans doute judicieux qu’il puisse figurer dans votre Site !
    Avec mes remerciements,
    J.A.Ripoche

    • Bonjour M.Ripoche,

      Le descriptif de l’orgue Claus de Quintin ne figure pas sur notre site car celui-ci ne recense que les orgues du Trégor et de l’Argoat, soit toute la moitié ouest du département ! Mais il figure dans l’ouvrage que l’asso a publié en mai 2018, « Orgues en Côtes d’Armor » dont vous trouverez le bon de souscription en page accueil.
      Cet orgue était à l’origine un orgue de couvent (Ursulines), déménagé en la basilique en 1909, après la séparation de l’Eglise et de l’Etat donc, ce qui explique sa composition particulière, plus destinée à l’accompagnement liturgique que d’orgue de « cathédrale ». La palette de couleurs magnifiques dont il dispose permet un accompagnement diversifié et subtilement dosé.

      Positif : Quintaton 16′ – Cor de chamois 8′ – Kélaurophone 8′ – Flûte traversière 4′ – Hautbois 8′

      GO : Montre 8′ – Salicional 8′ – Bourdon 8′ – Prestant 4′ – Octavin 2′

      Récit : Flûte harm 8′ – Gambe 8′ – Céleste 8′ – Dulciane 4′ – Trompette 8′ – Voix humaine 8′

      Pédale : Soubasse 16′ – Flûte 8′

      Claviers 56 notes – Pédale 30 notes.

      Cordialement, LLB

  2. en Bretagne il y a effectivement de belles orgues. j’ai eu l’occasion de toucher plusieurs instruments qui m’ont beaucoup plu.
    J’ai eu l’occasion de pratiquer le Cavaillé de Loudéac il est très sympa. Mais pourquoi n’est il pas utilisé pour les cérémonie et pourquoi avoir opté pour un instrument « electro numérique inapproprié » lorsqu’on possède un bel instrument restauré sur des fonds publics .
    je me demande pourquoi le conserver à St Nicolas et ne pas le remettre à la cathédrale de Saint Brieuc ou pourquoi ne pas le déplacer d’église ou une communauté fera certainement moins la fine bouche et ou vous ferez le bonheur d’un organiste….
    j’en profite aussi pour signifier la méfiance et le manque d’accueil chaleureux et enthousiaste lorsque vous demandez à visiter et jouer l’instrument ….même lorsque vous présentez vos compétences, vos titres et médailles de conservatoire et lorsque vous annoncez être originaire de la région . J’ai eu l’occasion de tester l’instrument au grand plaisir du Père Le Borgne mais je cassais un peu trop les oreilles de la bonne et certainement très pieuse volontaire affectée au ménage (dixit le sacristain de l’époque ) .J’espère y rejouer à mon passage dans la région mais je plaide pour le déplacement de cet instrument qui à été restauré à » fonds perdus » et pour lequel les loudéaciens semblent ne nourrir aucun intérêt particulier…quand je pense combien j’aurai aimé monté la haut lorsque j’étais adolescent devant me contenter d’un harmonium qui mal fini lui aussi ….
    cordialement .
    Ps : coté accueil j’ai rien trouvé de pire que la cure de Quintin ou le desservant m’a fait comprendre qu’il avait autre chose a faire que de me faire grimper la haut ….. et malgré le fait que mon grand oncle ait été curé doyen de la basilique et aurait souhaité que je puisse jouer l’instrument …. et je ne parle pas du mépris des organistes locaux qui malgré vos premiers prix vous font savoir qu’un tel instrument « le leur » ne peut être touché par « n importe qui  » . Ainsi je n’ai pas pu tester l’instrument de Carnac, l’organiste local ayant fait obstacle à ma demande parce que le titulaire n’était pas disponible et qu’il n’avait pas été averti que les mariés avaient souhaité que je tienne les orgues pour la cérémonie….. Vous voyiez je ne tarie pas d’histoires sur la Bretagne et son patrimoine et il ne s’agit pas de contes et légendes. Mais je ne suis pas rancunier et je persévère d’autant que des instruments prestigieux en France savent me recevoir en toute simplicité …
    peut être à Bientôt sur l’un de vos instruments : lanvellec certainement et le Guimilliau avec un grand plaisir …. Que devient l’orgue de St Mathurin à Moncontour ?
    Bon We

    • Vous avez raison : l’intérêt pour l’orgue doit être cultivé et favorisé par une équipe enthousiaste et efficace, sinon …

      L’orgue de Moncoutour est un Renaud (hormis le buffet biensûr) de 1969 qui fonctionne toujours.

      Musicordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Requis